• Marine André

Ma jolie parenthèse - extrait


Si l'accroche écouteurs

Est en forme de coeur

Le métronome est joueur :

Un sourire dans un coin,

L'interdit qui s'éteint, Et les règles se meurent.

Il fait noir, un peu froid;

Je me confie à toi,

Pianotent nos vingt doigts.

Un "Tu me plais" s'y frotte

Pique le réciproque

Sans profession de foi.

(...)

Il est un peu trop tard

Mais c'était bien trop rare

Pour finement lutter.

Tes yeux qui me caressent,

Nos ébats sans paresse,

Des éruptions rêvées.

(...)

Dans un peu de colère

Rouille une blessure de guerre

Ni perdue ni gagnée. Et tu me manqueras, On s'interrogera:

Remuer le tout-tracé?

Ma jolie parenthèse,

Il faudra que je taise

Ces émotions remuées.

(...)

Serrent nos poings aux merveilles

Des demains sans sommeil Et ne pas l'évoquer.

Ma jolie parenthèse,

Que rien encore n’apaise,

Ni ouvert ni fermé. Je n’ose plus ouvrir Le livre du désir Ni celui du passé.

Je comprendrai demain,

Je subirai en fin, Ce qu’on a mérité.

La souffrance ou le bien,

Doux ordre ou incertain,

J’attends sans y penser.

Ma jolie parenthèse, Il faut, là, que je taise

Ces folies éveillées.

Etait-ce une parenthèse ?

Que ça plaise ou ça pèse,

Tu rimes avec vibrer.

#amour #poème #poésie

Posts récents

Voir tout

Nouveau lieu

Pousser Pousser Accoucher des immobilismes Enfanter de ses peurs et Les abandonner Nouveau lieu Vide Plein A tisser soigneusement Comme une

Disparu

C’est drôle Depuis Toi Mon coeur s’est durci Existe-t-il Bat-il encore Que bat-il Le vent Même pas Il faudrait respirer Tu disais Respirer n’a pas ramené ni la Vie ni la Noyade La Vie ce serait bon La