• Marine André

Aux parties de notre corps qui s’en vont pour toujours,

avec un bout plus grand encore de ce que fait notre âme.


J’aimais mieux souffrir

Parce qu’alors tout était combat

Rien n’était mort

J’aimais mieux souffrir parce que

Peut-être

Ressentir voulait dire qu’encore

Peut-être


J’aimais mieux souffrir

Sentir

Ressentir

Est-ce que le trop calme est beau

Est-ce que le plat est paix

Ou


J’aimais mieux souffrir

Parce qu’alors tout était combat

Rien n’était mort

J’aimais mieux souffrir parce que

Peut-être

Parce que peut-être

Et parce que pleurer c’était vibrer

J’aimais mieux presque tout perdre

C’était encore mieux gagner

Posts récents

Voir tout

Nouveau lieu

Pousser Pousser Accoucher des immobilismes Enfanter de ses peurs et Les abandonner Nouveau lieu Vide Plein A tisser soigneusement Comme une

Disparu

C’est drôle Depuis Toi Mon coeur s’est durci Existe-t-il Bat-il encore Que bat-il Le vent Même pas Il faudrait respirer Tu disais Respirer n’a pas ramené ni la Vie ni la Noyade La Vie ce serait bon La

Le lien de nuit

Paraît que c’est dur de dire Je t’aime Ah Moi je crois Je crois Que c’est encore plus dur de nier De taire qu'on aime Glisse dans un coin de larme et de sous-rire De lèvres retroussées Glisse un Je t'