Le port de mon désir

Le port de mon Désir

S'il y a mille bateaux pour y accéder

Mille

Je les ignore certains encore


Comme un clandestin égaré

Comme un marin déterminé

Comme un voyageur préparé

Tu trouves chaque fois lequel prendre

Et sur lequel t'aventurer

Confiant que tu vas accoster


La traversée se renouvelle

Le vent n'y est jamais pareil

Et la mer autour se tempête lorsqu'en chemin la houle du doute et des peurs jouent avec la coque et manquent de te faire dessaler


Mais l'air est clair

L'odeur limpide

De sels enivrants et d'extases

Et tu amerris cul-à-quai

Il est facile de t'amarrer

La place est là

Faite pour toi

Le reste du pays est libre

Et seul mon errement chavire


Il fait beau

Nuit ou jouir

Les cents sirènes en moi

Mes femmes de marin

Et mes putains ensemble t'attendent de pieds fermes

Que tu choisisses de qui tu harponneras la main

Un geste un mot encore et elle s'animera

Dans cet instant unique et seul

Que nous répèterons pourtant à renfort de claques sans vent

À l'abri du soleil couchant et au-lit de grandes secousses

Un spasme humide réconfortant s'exhibera pour tout sinistre


Il est doux t'accueillir au Port de mon désir




Photo d'illustration Louis DC





0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Je veux te signer l'ouïe fermée

J'ai mis ta musique très fort Et mes bouchons d'oreille Parce que ce qui compte Ce sont les vibrations Et pas les notes en bas de page Non ? Je veux te signer l'ouïe fermée

Hécatombe de mots doux

À l'aube de la nuit Ou au soir du matin Lorsque ta langue se perd entre mes Reins Que le plaisir s'y repère bien Alors Là Souvent Nous faisons l'Amour Il a son petit nom à lui que tu n'approuves pas t