• Marine André

Poupée

Poupée

Il l'appelle poupée

Poupée

Pour

Dire qu'elle est

Jolie

Jeune

Fraîche et frêle


C'est un compliment

Poupée

Un surnom d'enfant


Poupée

Dans sa bouche ça sonne

Grand

Il y croit

Dur comme

Non

Mais comme quand il la prend


Poupée


Il aime la diriger

Ou la déshabiller

Surtout si elle refuse

Oh quelle sordide muse


Il l'use et la ré-use

La frustration s'infuse

Ses mains sur ses poignants

L'empêchant

Tendre-ment

Prix pour son firmament

Qu'importe si ça pend

Diable est consentement

Il ne compte pas son temps

Impatient

Mi-jouissant


Poupée

Ca rime avec

Jouer puis

Rire et puis

Fessée

Porcelaine irriguée

Du sang fort cravaché

Des cordes sur-serrées

Mais qu'elle se taise

Pitié

Quelle ingrate

Poupée

Soupape à tête pudique

Moins bonne qu'à

Jouer


Poupée

Elle entend sans vrai Mal

Sans dés-articuler

Elle entend

Sans vrai Mâle

Mais le mâle

Dominant

Révulsée

C'est vexant

Poupée c'est

Révoltant

Et ça ne lui plaît pas

Puisqu'elle ne conçoit pas l'amour sans Liberté et sans

Commu-niquer

Loin d'être une poupée

Si elle savait parler


Puant


Poupée

Et la cervelle qui boue

Dans ce corps qu'il découd

Au fil de ses courroux

Qu'il plane ou bien qu'il joue

Mise à cent et cent coups


Poupée

Poupée au visage

Fou

Figer sol et sein sage

Coups

Des larmes sous ses

Joues

Chair meurtrie en bijou

Poupée

Souillée sans sou

Poupée


Le jouet se tait enfin

Au rire jaune des passants

Semblants amis amants

Immobile à présent

Défini-tivement

Au fond du trou de terre

Il a su la faire taire

Si le jouet est cassé

Pansement trop filasse

Amen sur un Avé

Adieu sur un pavé

Déjà la remplacer

La putain d'oublier

Poupée