• Marine André

Amante


Couvre-moi de baisers au goût danger -

Cachés;

Irrépressiblement deux dérangés

Lâchés.

Balayons la poussière du quotidien,

Ensemble.

L’ennui du terre-à-terre trop circadien,

Qu’il tremble !

Inventons une corporation d’agents

D’humour,

Un embrouillamini encourageant

L’Amour.

Couvre-moi de demains et de continuité,

Les parenthèses de toi ont goût d’absoluité.

Couvre-moi de mots doux et de promesses

Qui mentent.

Tant que l’instant dit vrai, je vis d’ivresse,

Clémente.

Balayons les pleutreries lamentables,

Taries,

Dessinons un déliement délectable.

Pari?

Inventons une harmonieuse hardiesse

Démente.

Comme l’illusion est vraie, je suis l’ivresse :

Amante.


Posts récents

Voir tout

Nouveau lieu

Pousser Pousser Accoucher des immobilismes Enfanter de ses peurs et Les abandonner Nouveau lieu Vide Plein A tisser soigneusement Comme une

Disparu

C’est drôle Depuis Toi Mon coeur s’est durci Existe-t-il Bat-il encore Que bat-il Le vent Même pas Il faudrait respirer Tu disais Respirer n’a pas ramené ni la Vie ni la Noyade La Vie ce serait bon La

Le lien de nuit

Paraît que c’est dur de dire Je t’aime Ah Moi je crois Je crois Que c’est encore plus dur de nier De taire qu'on aime Glisse dans un coin de larme et de sous-rire De lèvres retroussées Glisse un Je t'