• Marine André

Coeur en Dyspraxie

Il y a ta voix qui pleut en boucle dans ma tête

Le téléphone est vide


Ca bat en arythmie

Il y a tes mots qui crèvent ma poitrine

La boîte d’emails est vide


Ca frappe en dyslexie

Il y a tes caresses qui m’oppressent

Elles libéraient hier


Ca tremble en dyspraxie


Il n’y a plus grand horizon

Tu avais dit que si

Alors tu le dirais

Ca tangue en anxiété


Alors je me raisonne

Que ce n’est pas ce que je crois

Et puis et tralala


Mais c’est le vide de toi qui sonne

Et cogne

Et qui résonne



Tout s’évanouit


Est-ce que c’est comme faire du vélo

Est-ce que tout revient après des tonnes de rien

Il y a ta voix qui pleut en boucle dans ma tête

Le téléphone est vide


Il y a tes mots qui crèvent ma poitrine

La boîte d’emails est vide


Il y a tes caresses qui m’oppressent

Elles libéraient hier


Est-ce que je chiale

Est-ce que tu cesses

Sans sentence du réel


Est-ce que je cesse

Est-ce que tu chiales

Juste dans un flou souvenir


J’exècre l’égoïsme

Tes replis sans lueur

Et

Mon ventre ne pourra pas mourir à nouveau

Tu l’as fait rire hier encore

C’est donc qu’il avait un sursaut

Mais est partie la vie

Et puis

Et puit


Je noie le reste des vains papillons

Et l’attente enfantine


Je ne sais où je me tapis

Le sol déjà n’a plus ta trace

J’ai éclaté ta tasse sur le mur de la chambre

En pensées fortes

Et elles ont échappé

La porcelaine s'était tâchée

Alors



Il y a ta voix qui pleut en boucle dans ma tête

Le téléphone est vide


Ca bat en arythmie


Il y a tes mots qui crèvent ma poitrine

La boîte d’emails est vide


Ca frappe en dyslexie


Il y a tes caresses qui m’oppressent

Elles libéraient hier


Ca tremble en dyspraxie


Il n’y a plus grand horizon

Tu avais dit que si

Alors tu le dirais


Ca tangue en anxiété

Alors je me raisonne

Que ce n’est pas ce que je crois

Et puis et tralala

Mais c’est le vide de toi qui sonne

Et cogne

Et qui résonne



Tout s’évanouit



Mais les Vous me poursuivent


Si


Dis


Oui

Posts récents

Voir tout

Nouveau lieu

Pousser Pousser Accoucher des immobilismes Enfanter de ses peurs et Les abandonner Nouveau lieu Vide Plein A tisser soigneusement Comme une

Disparu

C’est drôle Depuis Toi Mon coeur s’est durci Existe-t-il Bat-il encore Que bat-il Le vent Même pas Il faudrait respirer Tu disais Respirer n’a pas ramené ni la Vie ni la Noyade La Vie ce serait bon La