• Marine André

Coup de pied En battu

(poème pour la belle Marianne Wolf)


Coup de pied dans

Le vent

Cou-de-pied en

Dedans

Battu

S’articuler

A coups de plier

Se plier à la

Barre


Royal au démarrage

D’un coup le

Soubresaut

Où le temps s’est levé

Indompté

Glissade ou Failli

Tant liés

Mais

En justaucorps

Se sentir

Juste au

Corps

Les seins

Les hanches

Une petite fille en

Dehors


En devenir

Corps de balai

Un peu trop ou bien pas

Assez

Céder

Céder

Persévérer

Se relever

Et si l’on est brisé

Chasser ou échapper

Et prier son Etoile

Qui danse dans nos

Ciels


Travailler


Cou-de-pied


Et rêver


Coup de pied dans

Le vent

Les rêves

Pointer du

Doigt

Du nez

Des épaules et des déhanchés

De la main et des

Sens la

Légèreté


Chercher la

Musicalité

La passion du

Lyrisme

Du joli

De l’expressivité

Donner

Ce

Cou-de-pied

Chéri

Creusé

Saigné

Mais sans rage

Ce coup de pied de la

Douceur

Sans plus d’entrave


Un coup de point virtuel à la

Vie

Ensemble

Oublier tout

Révéler tout

Le piano

La barre

Le ballet

La scène

Le tourbillon de nos poignets

Souple

Vivant

Qui transpire de

Dire

Ce poème de pas

Cet emportement

Les comptes en amis

Débouler et puis


Ne plus glisser

Jamais

Parfaire

Mener la danse

La Danse

Menée là

Mener la danse de la Vie

Sa Vie

Etre petit rat

Ne plus être que

Souris


Souris des mains

Des pieds

Souris des entre-chats qui

Fouettent

Mais

Vire-voltent

Un cou-de-pied dans le Vent

Le Vent de l’exigeant

Le Vent du Devenir

Soi

Se donner en dansant

Les ailes poussent de là

A contre-temps

Au Salut final

Danser pour la

Postérité

Ou pour rien

Rien

Juste danser

Danser


Se dépasser

Dans ses

Et danser !