• Marine André

Disparu

C’est drôle

Depuis

Toi

Mon coeur s’est durci

Existe-t-il

Bat-il encore

Que bat-il

Le vent

Même pas


Il faudrait respirer

Tu disais

Respirer n’a pas ramené ni la

Vie ni la

Noyade

La Vie ce serait bon

La Noyade aussi

Parce que je

Préférais

Encore

Souffrir qu’être

Vide


Mon ventre a disparu avec nos derniers remous

Tu sais

Dès lors qu’on a eu fait semblant et que le venin du jugement et des

Je t’en veux

Est venu plutôt que le miel du

Je te veux

Disparu

Disparu


C’est drôle

Depuis

Toi

Je ne sais plus être

Belle ni

Désirable

Ni plus

Ecrire

Tu vois


Non


Tu ne vois pas d’ailleurs

D’ailleurs

Disparu

Disparu


Disparu


Si seulement tu me faisais peur ou pleurer encore

Il paraît que tu respirais mes rires

Et

Qu’ils éclairaient tes

Tout

Ça

Tu l’as

Ecrit

Posé

Mais je ne me souviens pas ce qu’ils étaient

Ce qu’ils sont


Qu’est-ce un rire


Disparu

Disparu


La verve le coeur le sens

Je ne suis pas

Malheureuse

D’ailleurs

Je suis apparemment en

Vie

Sans envie

Et sans y penser

Mais en

Vie

Car mon coeur

Corps

Cette masse docile et froide qui est devenue moi

Ou son contraire

Ou son opposé

Ou

Ce

Pantin

Robotisé

Aux

Valeurs d'humain

Oui

Exécute les tâches très demandées de respirer manger et boire pour

Non

Je n’ai plus besoin d’oublier


Disparu

C’est drôle


Peut-être


Mais les rires sont partis avec les pleurs le ventre et tout le reste


On aurait du garder le jour infini des six heures

Comme un

Sacré et

Comprendre sa beauté

Moi en tout

Cas

Puis

S’il te plaît

Toi aussi

Je

Crois

Disparu


Disparu

Le coeur de mon

Coeur

S’est durci et j’aimerais

Bien

Qu’on pleure ensemble à nouveau pour en attendrir la

Terre


Puis on y planterait quelque beauté je ne sais

Quoi

Juste quelque beauté de notre

Monde de mots

Tendresse et Poésie

On les laisserait pousser là


En les arrosant de Rires et de

Projets

Ce serait quand-même bien je

Crois

Dis

Disparu

Posts récents

Voir tout

Nouveau lieu

Pousser Pousser Accoucher des immobilismes Enfanter de ses peurs et Les abandonner Nouveau lieu Vide Plein A tisser soigneusement Comme une