• Marine André

Et crie encore, Charlie !

En mémoire de cinq années en arrière,

en honneur des diseurs, dénonceurs ou raconteurs -

et de mon papa, un héros des imprimés.


Ecris encor'

Avec tes doigts

Ou l’encre de ton sang

Ou l’ancre de tes rêves


Ecris encor'

Avec tes choix

Tes visées bien devant

Des doutes ou tes “j’en crève”


Tes rires les plus acerbes

Tes "Je dénonce encor''"

Tes "Que devient le Monde ?"

Et tes Regards changeants

Ecris encor'

Qui comprendra ?

Et pique encor' les Egos des Débats


Je t’aime toi le poète

L’écrivain

Le gueuleur

La Liberté sans peur


Ecris encor'

Avec tes doigts

Ou l’encre de ton sang

Ou l’ancre de tes rêves


Ecris encor'

Pour Toi

Pour Moi

Pour toute la Terre

Ou pour Personne

Mais pour le geste de combattre

L’ennui et la médiocrité

Le silence

Ne pas abdiquer


Imprime les yeux

Et les esprits

Sur du papier d'Histoire qui prie

Imprime et trace

Crache et allume

Exprime et brille

Dérange et pèse

Imprime


Oh prime


Et crie encor' !

Avec tes “Dois”

Ou l’ancre de ton sans

Ou l’encre de tes rêves


Je t’aime toi le poète

L’écrivain des possibles

Qui révèle l’injustice

Et qui crée le courage


De traces de crayons

De voyelles qui s'accouplent

De flous qui interrogent

D'espaces qui se colorent

Que tu railles ou que tu rayes

Que tu pleures

Que tu frissonnes

Que tu atteignes ou attentes


Ecris encor'


Ecris encor'

Avec tes doigts

Ou l’encre de ton sang

Ou l’ancre de tes rêves


Et crie-encor';

Ecris encor'.


Et crie encor',

Charlie;

Ecris encor'.

Posts récents

Voir tout

Nouveau lieu

Pousser Pousser Accoucher des immobilismes Enfanter de ses peurs et Les abandonner Nouveau lieu Vide Plein A tisser soigneusement Comme une

Disparu

C’est drôle Depuis Toi Mon coeur s’est durci Existe-t-il Bat-il encore Que bat-il Le vent Même pas Il faudrait respirer Tu disais Respirer n’a pas ramené ni la Vie ni la Noyade La Vie ce serait bon La

Le lien de nuit

Paraît que c’est dur de dire Je t’aime Ah Moi je crois Je crois Que c’est encore plus dur de nier De taire qu'on aime Glisse dans un coin de larme et de sous-rire De lèvres retroussées Glisse un Je t'