Petite-mort temporaire

Je n'ai pas su sentir battre ton coeur dans le silence,

Dans le blanc des pages qui ne tâchent rien de noir,

Alors, les frissons de nos encriers se sont évaporés.

Va, peur !

Va !

J’ai crié dedans moi. Tu as pleuré d’un oeil.

L’immonde s’est déversé et on a ri, en forts.

On a mouillé nos peaux de lambeaux de désir.

On a trouvé comment nous reculer la mort,

L'empreinte de nos charnels gravée en essoufflante surprise.

Va, peur !

Va !

Pourquoi partir, dites, oh, si on est pas confiants.

Il se faut faire hardi pour tout commencement;

L'amour est visionnaire, comme le sont les enfants,

Un peu plus à l'envers, mais tout aussi Caprice.

Prions qu’ils se retrouvent légers, amoureux comme jamais, d’absolu des instants.

Un pari de gouffre espace-temps.

Va, peur !

Va !

Le Monde, parfois, est étonnant.


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Je veux te signer l'ouïe fermée

J'ai mis ta musique très fort Et mes bouchons d'oreille Parce que ce qui compte Ce sont les vibrations Et pas les notes en bas de page Non ? Je veux te signer l'ouïe fermée

Hécatombe de mots doux

À l'aube de la nuit Ou au soir du matin Lorsque ta langue se perd entre mes Reins Que le plaisir s'y repère bien Alors Là Souvent Nous faisons l'Amour Il a son petit nom à lui que tu n'approuves pas t